Quand changer s’impose : trouver la motivation

Quand changer s’impose : trouver la motivation

Pour amorcer un changement qui perdure, il faut que celui-ci procure d’avantage de bénéfices que d’inconvénients, ainsi les efforts nécessaires pour changer deviennent plus faciles à mettre en place.
Bien sûr me direz-vous, ça tombe sous le sens !

Un pourquoi fort

Mais lorsque je pose la question du « pourquoi » à une amie qui me dit qu’elle voudrait vraiment modifier un de ses comportements majeurs mais qui ne parvient pas à tenir ses résolutions, lorsque je creuse avec elle en dépassant les questions habituelles, très rapidement il apparait qu’elle n’ait pas de réelle motivation derrière ce désir. C’est-à-dire une motivation qui a du sens, une importance primordiale, qui lui permette de déclencher le changement.
La liste des bénéfices à y parvenir ne fait pas le poids face aux sacrifices et aux efforts à faire pour atteindre son but. Son pourquoi, même si son comportement la dérange, n’est pas assez fort pour déclencher une motivation sérieuse.
Personnellement, je n’ai réussi à déclencher de changements importants, tel que quitter mon job pour devenir indépendante ou changer de partenaire professionnel alors même que celui était un acteur majoritaire du projet que nous développions, que lorsqu’il me devenait insupportable de continuer dans les mêmes conditions, que ça heurtaient mes valeurs et mes besoins au point que changer était devenu impératif.
Mais parfois quand la motivation est faible et que l’on n’arrive pas à se tenir aux résolutions définies pour atteindre notre but, c’est peut-être qu’elle est floue : la raison pour laquelle on souhaite changer n’est pas forcément celle que l’on a identifiée. Un travail de réflexion et d’introspection s’impose alors pour découvrir ce que sous-tend réellement le désir de changement et ainsi faire émerger une forte détermination, définir plus clairement son ou ses objectifs. L’intervention d’un coach est souvent essentielle quand le besoin de changement continue à vous tarauder, à vous mettre mal à l’aise face à votre inertie. Il faut faire émerger les prises de conscience nécessaires pour passer à l’action.

La quête de sens

Qu’est qui nous pousse à vouloir changer ?
Avant tout c’est la recherche de sens qui donne un but – dont le premier est souvent de sortir d’une souffrance qui nous met au pied du mur.
C’est donc bien le fait de redonner du sens à notre vie professionnelle ou personnelle dont il s’agit.
Lorsque ça a du sens, lorsque ça répond à un besoin profond et parfois urgent, ça devient plus facile. Tout à coup il y a un but clair et même si le chemin pour y arriver paraît ardu ou confus (parfois les deux), la quête de sens et le besoin d’y parvenir deviennent impératifs et non négociables. A ce stade il n’y a plus d’autre choix possible.
Donner ou redonner du sens à ce que l’on fait, à ce que l’on vit est très personnel et demande de se poser sur ce qui nous éloigne et ce qui nous rapproche de nous même dans notre quotidien.
Est ce que mon métier, mon rôle, ma fonction, les tâches que j’accomplis tous les jours m’intéressent, m’épanouissent ? Est-ce que la façon dont je les accomplis me satisfait ?
Est-ce que j’en retire de la fierté et du plaisir ?
Quelles émotions je ressens tout au long de la journée quand je suis en train de travailler ?
Pourquoi et pour qui je le fais ?
Et bien oui, ça aussi c’est primordial : Pourquoi et pour qui je le fait ?
La quête de sens dépasse largement nos besoins personnels. Nous avons besoin de contribuer, de participer à quelque chose de positif, de nous sentir utiles pour les autres.
Et il n’est pas obligatoire de sauver le monde pour cela.
Soyons clairs, ne pas se sentir utile ne veut pas nécessairement dire que nous ne le sommes pas, mais que notre contribution ne trouve pas d’écho dans nos aspirations profondes. Elle n’est pas suffisante à nos yeux, ni en terme de satisfaction, ni en terme de résultats.
Quel est le sens que l’on souhaite donner à notre travail en fonction de nos compétences mais surtout en fonction de nos valeurs ? Qu’est ce qui est réellement important pour nous ?

Pensées, temps, énergie, argent

Changer n’est pas facile, mais ça peut être simple.
Et ça peut aussi être compliqué sans être douloureux… Car si on veut changer, c’est qu’on cherche à être mieux, plus heureux, plus épanoui, à sa place.
Le tout étant de maintenir le focus sur ce que l’on cherche à réaliser, le challenge est que toute notre attention doit être mobilisée autour de ça.
Une fois qu’on a trouvé suffisamment de motivation pour passer à l’action, il faut se donner les moyens de la maintenir.
Changer sa vie demande des efforts et ceux-ci se comptent en pensées, en temps, en énergie et en argent.

Pensées :
Se maintenir dans un état d’esprit d’évolution, de progression et de changement requière de maitriser ses pensées. Il faut maintenir son mental dans le sens de nos objectifs et éloigner dès qu’elles apparaissent toutes les bonnes raisons qui nous poussent à abandonner.
Maintenir le cap, avoir confiance en soi, s’éloigner des personnes potentiellement sapeuses de moral, blablabla… blablabla… blablabla…
Et oui, classique mais si on est seul à nager contre le courant, on risque fort de boire la tasse.

Temps :
Ah oui, bah en fait on vous le dit pas, mais ça ne se fait pas d’un coup de baguette magique, changer sa vie, ça prend du temps : le temps que l’on passe à construire son projet, la façon de le faire en limitant les risques (courage, le risque zéro n’existe pas), rencontrer les partenaires, le temps de rassembler toutes les conditions favorables à l’exécution de votre projet.

Energie :
En général, quand on est motivé, on a la pèche ! Mais c’est une course d’endurance et il va falloir entretenir son niveau d’énergie pour tenir la distance, trouver le bon rythme, ne pas s’épuiser sans se ralentir. Trouver la bonne cadence, faire attention à maintenir une bonne hygiène de vie aussi –le sommeil et l’alimentation sont essentiels…
Et pour vous aider dans les moments où votre énergie baisse, pensez à vous poser ces deux questions :
Comment sera ma vie dans un an, dans cinq ou dans dix ans, si je réussi à atteindre mon objectif ?
Comment sera-t-elle si je baissais les bras et que j’abandonnais maintenant ?

Argent :
Changer veut aussi dire investir : Prévoir de quoi vivre pendant le temps de se lancer, investir pour s’équiper, investir sur soi en se formant, en se faisant accompagner…

Vous voici désormais avec un moral d’acier et un mental de sportif.

Laisser un commentaire