Authenticité ou le courage managérial

Authenticité ou le courage managérial

L’authenticité est un état d’être particulièrement apprécié. Elle se rapporte à la congruence : c’est montrer un rapport cohérent entre les émotions, les idées, le discours et les actions qui en découlent.

Celui qui dit ce qu’il pense et ne joue pas de jeu mais exprime directement son opinion, suscite l’adhésion et la confiance.

La qualité relationnelle repose donc sur le degré d’authenticité des interlocuteurs, engageant ainsi la confiance ou la défiance.

Mais c’est quoi un manager authentique ?

Un manager authentique est avant tout une personne qui agit en accord avec ses valeurs, qui assume qui il est, sans avoir besoin d’endosser le « costume » qu’on lui demande de porter, ou que l’on s’attend à ce qu’il porte.
Ce centrage permet d’être moins perméable aux tensions internes. Un manager pourra évoluer et bâtir des stratégies cohérentes avec ses valeurs et ses objectifs, tout en restant aligné avec la direction définie pour l’entreprise. Cette posture permet également un dialogue mieux adapté, plus ouvert et collaboratif, avec les décideurs d’un côté et les collaborateurs de l’autre.
Certains pourraient y voir une occasion d’imposer un management autoritaire sous couvert d’une authenticité permettant la libre parole et l’action débridée de toute remise en question.
Mais l’authenticité dont il est question ici, est en premier lieu, le corolaire d’une posture bienveillante. Contrairement à un positionnement rigide assumé, il s’agit là de prendre en compte la dimension évolutive de l’être humain, qui fait de lui une personne à la fois identique et différente, tout au long de son parcours, influencé par des facteurs internes et externes tels que, entre autres, son environnement.
Dans ce contexte, cela implique que le manager doit travailler sur lui-même afin de mieux se connaitre, de prendre conscience de ses limites, de développer sa lucidité et de mieux appréhender la réalité et l’opinion des autres.
Un manager authentique est donc capable de prendre en compte la nécessité d’intégrer les changements, et de modifier ce qui est déjà mis en place afin de s’y adapter, toujours dans le respect des valeurs et en cohérence avec les objectifs.

Authenticité ne signifie pas transparence

Le manager est un lien, il transmet ce qui est utile sous une forme adéquate, aux bons interlocuteurs, aux moments appropriés. Son rôle est de distribuer les informations nécessaires au bon avancement des projets, sans les polluer avec ce qui n’est pas de nature à les faire évoluer, dans la phase dans laquelle ils sont.
Il doit avoir cette intelligence stratégique lui permettant d’impliquer ses collaborateurs de façon évolutive dans le process de développement. Son authenticité ici, est directement liée à la responsabilité qui est la sienne dans cette fonction d’interface, entre ses équipes et la direction, entre les enjeux et les objectifs.
Il doit mesurer ses propos et ses actions en fonction des circonstances. Pour ce faire, il doit être suffisamment lucide pour voir quand son avis peut être positivement challengé par des idées contradictoires, pouvant amener une amélioration. Il doit avoir suffisamment d’humilité pour accepter que l’enjeu n’est pas d’avoir raison, et que l’on peut authentiquement appliquer une décision contraire à son avis de départ, pour favoriser l’efficacité collective.

Authenticité : le courage managérial

Etre authentique dans son rôle de manager implique d’être authentique dans ce que l’on est au quotidien, en dehors de l’entreprise. C’est un état d’être qui demande un courage personnel dans lequel le courage managérial va prendre racine. Savoir dire ce qui va et ce qui ne va pas dans une posture d’observateur, c’est-à-dire sans jugement, en restant factuel pour permettre l’émergence d’un dialogue constructif. Son rôle est aussi de rassurer et de créer la confiance tout en ayant le courage de défendre ses convictions, non pas en les imposant mais en les rendant lisibles pour susciter l’adhésion. Être dans une écoute sincère et attentive pour créer ensemble, dans la volonté constante de faire progresser ses collaborateurs tant au niveau individuel que collectif.
Le courage managérial c’est aussi défendre le temps nécessaire que l’on doit consacrer à s’occuper de ses collaborateurs, qui n’est souvent pas mis en valeur dans l’emploi du temps et qui fait rarement partie des tâches identifiées dans la time line quotidienne. Il faut rester vigilent sur cet aspect du management qui est un facteur essentiel de l’efficacité collective.

L’objectif final du manager est la réussite collective par l’épanouissement individuel des membres de l’équipe. Être un manager authentique demande d’avoir le courage de se remettre en question pour se développer personnellement au profit cette réussite.
Prendre le risque de l’authenticité est porteur en terme de performance par l’enthousiasme et l’engagement qu’il suscite dans l’atteinte des objectifs.

Laisser un commentaire